Un cheveux sur de la soupe

Et si la pauvreté mélodique des musiques actuelles était uniquement dûe au nombre d’artistes ?

J’aimerais mettre en exergue le fait que de tous temps, la musique apparaissait comme un art sacré réservé à une élite de musiciens expérimentés. Chaque morceau était une histoire, et le résultat de plusieurs semaines de labeur.

Alors que de nos jours, la multiplication des plateformes d’échanges a permis l’apparition de milliers musiciens de salle de bain et de compositeur en carton.

Chaque nouvel artiste est d’autant plus creux qu’il n’est que le fruit de débats marketing entre les producteurs.
Chaque nouvelle chanson est d’autant plus lacunaire qu’elle ne reflète que la coupe de cheveux de son interprète.

Sauvez la musique, mangez un jeune.

A propos Monsieur Toupoutou

17 ans Etudiant en Arts Appliqués Possède une conscience politique Musicien Photographe Comédien Dikkenek
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Un cheveux sur de la soupe

  1. Wanabee dit :

    De nos jours*
    J’aime beaucoup la conclusion🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s