Premier Jour au rassemblement du CRHA

Se déplacer pour assister à un rassemblement de « Citoyens Résistants », une chose que peu de gens feraient en l’absence de kalachnikov pointée sur leur tampe.  Et pourtant, j’y étais. Encerclé de centaines de « papi-la-tremblotte » et de mamies alzheimantes. Tous là, unis dans l’adversité, la chaleur et la musique folklorique savoyarde. Certains étaient presque mourants et mais souriaient lorsqu’on s’approchait d’eux (pas trop près hein, z’imaginez l’odeur).

Soudain, un larsen : la conférence débutait.

J’ai choisie la conférence « Que faire ? ». Conférence destinée à apporter des solutions multiples et applicables à notre niveau pour faire changer le pays et la société.
Mais au lieu de ça, nous avons eu le droit à au cirque ahurissant de Pépé à la voix nasillarde  qui singe les pitreries d’un Générale DeGaulle sous cocaïne, Angelos larouslakispapoulépopoulos, le cégétiste grecque s’exprimant sur la situation de son pays dans un langage situé entre le grec ancien et le yiddish, mais dont les beaux yeux bleus faisaient mouiller la culotte en peau de marmotte de Mémé, le Journaliste du Nouvel’Obs qui pose des questions que personne ne se pose mais auxquelles il répond après avoir fait pendant près d’un quart d’heure de comparaisons historiques, enfin le Jeune-Vieux (ou peut être était-ce un Vieux-Jeune) barbus, bobo, bouru et pas beau qui ne parle qu’en insultant les patrons, en haranguant la foule, en prononçant les paroles que tout le monde a envie d’entendre. Ces gens sont l’homéopathie de la politique.

La vacuité du débat n’était pas sans rappeler les débats télévisés de  France 2. Enfin, si l’on accepte l’idée qu’il y aie eu « débat ».

J’étais là, las. La vérité me revenait en pleine face. J’avais vu des vieux hocher de la tête à chaque phrase prononcée par l’intervenant. J’ai vu de la pédagogie. J’ai vu de la démagogie. J’ai vu que le néo-liberalisme était mauvais, mais que pour survivre aux glière il faut manger, donc consommer, et donc être complice de ce libéralisme qui vend des soupes bio venues de pays dont le nom m’échappe.

J’ai vu mourir devant moi ce qui ressemblait autrefois à de la ferveur. j’ai vu transpirer. De l’eau, et de la bonne conscience.

j’ai vu tout le monde d’accord. J’ai vu une conspiration. Comme si le temps avait fini par acheter les convictions de nos pères.

 

J’ai vu, j’ai bu, j’ai dormu.

A propos Monsieur Toupoutou

17 ans Etudiant en Arts Appliqués Possède une conscience politique Musicien Photographe Comédien Dikkenek
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s