Un amour s’etiole et se fane

Parfois l’amour se fane.
C’est une torture enfermée dans son propre coeur.
On continue de vivre, mais ce moment n’est que l’apothéose d’un amour finissant. Cette sensation  vous étraint le coeur, le presse comme un pamplemousse d’où giclent et coulent nos vieilles certitudes. On regarde en arrière, nos promesses disparaissent, et on se dit, comme Rimbaud: « On est pas sérieux quand on a dix-sept ans ».
Quand  l’amour s’étiole, les mots blessent. On voudrait que ce soit fini, mais la séparation, de deux siamois soudés par le coeur est toujours une opération délicate, et il en résulte une cicatrice profonde et douloureuse. Indissimulable.

Toi qui cours et caracoles, toi qui se jete corps et âme dans amour fragile, je t’aime et je te hais.
Beau et naïf. Fragile et imprudent.
La jeunesse est ton boureau. La naïveté, ta potence. L’amour, la corde autour de ton cou. Et voilà ton avenir qui te regarde t’agiter, suffoquer, dépérir lentement, douloureusement.
L’amour disparaît là où l’on s’y attends le plus.
Chacun de nous connaît déjà la fin de l’histoire.

A propos Monsieur Toupoutou

17 ans Etudiant en Arts Appliqués Possède une conscience politique Musicien Photographe Comédien Dikkenek
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s